Aller à la recherche

Dessins, illustrations, peintures, photographies, bidules et trucs divers - saison 5

Mot-clé - marie

Fil des billets

10 décembre 2009

Petit Monde 20



foret de la belle au bois dormant marie
Petit Monde N°20 "La forêt de la Belle au Bois Dormant"
Modèle: Marie L.


3 octobre 2009

Ophelia IV (fin)


Merci Marie pour ce mémorable plongeon!!!







Modèle: Marie L.
Pour voir la série complète: Part I, II, III et IVde la série Ophelia en plus grand *clic*

Arthur Rimbaud

Ophélie est un poème d'Arthur Rimbaud écrit en mai 1870 (première partie)

Sur l'onde calme et noire où dorment les étoiles
La blanche Ophélia flotte comme un grand lys,
Flotte très lentement, couchée en ses longs voiles...
On entend dans les bois lointains des hallalis.

Voici plus de mille ans que la triste Ophélie
Passe, fantôme blanc, sur le long fleuve noir.
Voici plus de mille ans que sa douce folie
Murmure sa romance à la brise du soir.

Le vent baise ses seins et déploie en corolle
Ses grands voiles bercés mollement par les eaux ;
Les saules frissonnants pleurent sur son épaule,
Sur son grand front rêveur s'inclinent les roseaux.

Les nénuphars froissés soupirent autour d'elle ;
Elle éveille parfois, dans un aune qui dort,
Quelque nid d'où s'échappe un petit frisson d'aile :
Un chant mystérieux tombe des astres d'or..

II

Ô pâle Ophélia, belle comme la neige !
Oui tu mourus, enfant, par un fleuve emporté !
- C'est que les vents tombant des grands monts de Norvège
T'avaient parlé tout bas de l'âpre liberté ;

C'est qu'un souffle inconnu, fouettant ta chevelure,
A ton esprit rêveur portait d'étranges bruits ;
Que ton cœur entendait la voix de la Nature
Dans les plaintes de l'arbre et les soupirs des nuits ;

C'est que la voix des mers, comme un immense râle,
Brisait ton sein d'enfant trop humain et trop doux ;
C'est qu'un matin d'avril, un beau cavalier pâle,
Un pauvre fou, s'assit, muet, à tes genoux !

Ciel, Amour, Liberté : quel rêve, ô pauvre Folle !
Tu te fondais à lui comme une neige au feu :
Tes grandes visions étranglaient ta parole
- Et l'Infini terrible effara ton œil bleu.

III

- Et le Poète dit qu'aux rayons des étoiles
Tu viens chercher, la nuit, les fleurs que tu cueillis ;
Et qu'il a vu sur l'eau, couchée en ses longs voiles,
La blanche Ophélia flotter, comme un grand lys

29 septembre 2009

Ophelia IV




eau marie ophelie ophelia

Modèle: Marie L.
Part I, II et III de la série Ophelia en plus grand *clic*

Arthur Rimbaud

Ophélie est un poème d'Arthur Rimbaud écrit en mai 1870 (première partie)

Sur l'onde calme et noire où dorment les étoiles
La blanche Ophélia flotte comme un grand lys,
Flotte très lentement, couchée en ses longs voiles...
On entend dans les bois lointains des hallalis.

Voici plus de mille ans que la triste Ophélie
Passe, fantôme blanc, sur le long fleuve noir.
Voici plus de mille ans que sa douce folie
Murmure sa romance à la brise du soir.

Le vent baise ses seins et déploie en corolle
Ses grands voiles bercés mollement par les eaux ;
Les saules frissonnants pleurent sur son épaule,
Sur son grand front rêveur s'inclinent les roseaux.

Les nénuphars froissés soupirent autour d'elle ;
Elle éveille parfois, dans un aune qui dort,
Quelque nid d'où s'échappe un petit frisson d'aile :
Un chant mystérieux tombe des astres d'or..

II

Ô pâle Ophélia, belle comme la neige !
Oui tu mourus, enfant, par un fleuve emporté !
- C'est que les vents tombant des grands monts de Norvège
T'avaient parlé tout bas de l'âpre liberté ;

C'est qu'un souffle inconnu, fouettant ta chevelure,
A ton esprit rêveur portait d'étranges bruits ;
Que ton cœur entendait la voix de la Nature
Dans les plaintes de l'arbre et les soupirs des nuits ;

C'est que la voix des mers, comme un immense râle,
Brisait ton sein d'enfant trop humain et trop doux ;
C'est qu'un matin d'avril, un beau cavalier pâle,
Un pauvre fou, s'assit, muet, à tes genoux !

21 septembre 2009

petit monde 17


Il est un petit monde où 1 mirabelle suffit pour préparer 20 tartes
un petit monde doux...
Un petit monde où les loups sont végétariens
Un petit monde blanc...

mirabelle femme loup

Modèle: Marie L.
Petits Mondes N° 17 "Attention aux chutes de mirabelles"
Spéciale dédicace à Valy

4 septembre 2009

Ophelia 02

marie ophelie ophelia

marie ophelie ophelia

marie ophelie ophelia

Modèle: Marie L.
Part I et II de la série Ophelia en plus grand *clic*

Arthur Rimbaud

Ophélie est un poème d'Arthur Rimbaud écrit en mai 1870 (première partie)

Sur l'onde calme et noire où dorment les étoiles
La blanche Ophélia flotte comme un grand lys,
Flotte très lentement, couchée en ses longs voiles...
On entend dans les bois lointains des hallalis.

Voici plus de mille ans que la triste Ophélie
Passe, fantôme blanc, sur le long fleuve noir.
Voici plus de mille ans que sa douce folie
Murmure sa romance à la brise du soir.

Le vent baise ses seins et déploie en corolle
Ses grands voiles bercés mollement par les eaux ;
Les saules frissonnants pleurent sur son épaule,
Sur son grand front rêveur s'inclinent les roseaux.

Les nénuphars froissés soupirent autour d'elle ;
Elle éveille parfois, dans un aune qui dort,
Quelque nid d'où s'échappe un petit frisson d'aile :
Un chant mystérieux tombe des astres d'or.

3 septembre 2009

Ophelia 01



 

On commence doucement à se connaitre avec Marie...plus à l'aise l'une et l'autre, j'arrive mieux à voir ce que je veux et il m'est plus simple d'exposer les choses en amont du coup (même si je fais des croquis préparatoires)
Marie a un visage très étrange, très changeant...elle commence aussi à plus trouver ses marques et à jouer le jeu du modèle.
J'avais envie de réaliser cette depuis des années...et depuis la prise de vue de celle-ci j'ai trouvé un autre lieu pour faire une seconde série sur le même thème, il y aura donc certainement plusieurs Ophélie qui viendront tenir compagnie à celle-ci.
Merci Marie !

marie ophelie ophelia



marie ophelie ophelia
Modèle: Marie L.
Part I de la série Ophelia *clic*

Croquis préparatoires de la série




Arthur Rimbaud

Ophélie est un poème d'Arthur Rimbaud écrit en mai 1870 (première partie)

Sur l'onde calme et noire où dorment les étoiles
La blanche Ophélia flotte comme un grand lys,
Flotte très lentement, couchée en ses longs voiles...
On entend dans les bois lointains des hallalis.

Voici plus de mille ans que la triste Ophélie
Passe, fantôme blanc, sur le long fleuve noir.
Voici plus de mille ans que sa douce folie
Murmure sa romance à la brise du soir...

29 juillet 2009

Marie 02


Je viens de terminer le post-traitement de la série de photos réalisée avec Marie L.
Le projet d'une série "Préraphaélite" est lancé...reste à trouver le costume et les accessoires.
Le lieu sera sans doute la mare et la forêt près de chez moi...il faudra trouver aussi la bonne journée et le bon moment pour y aller.
Une vraie organisation si on veut profiter du moment au maximum et éviter de perdre du temps.

Vous pouvez donc voir la série de portraits de Marie L. ICI!

marie couleurs femme belle
marie couleurs femme belle

- page 1 de 2